Accueil

Consultants identifiez-vous

Accueil du site > TopNews > COMMUNICATION : POUVOIR DES MOTS, NOUVEAUX MEDIAS, LANGUES ET (...)

COMMUNICATION : POUVOIR DES MOTS, NOUVEAUX MEDIAS, LANGUES ET CONNAISSANCES.

À l’aube des vacances d’été et des départs vers des lieux balnéaires et ensoleillés, nous avons décidé de plonger dans les profondeurs du vaste thème de la communication et de tout ce qu’il englobe : la communication d’entreprise, la diffusion des messages et des informations, les nouvelles technologies informationnelles, le discours médiatique, le pouvoir des mots, le langage, le partage des connaissances, …

Qu’est-ce que la communication ? Quel est l’impact de la communication sur les entreprises ? Comment communiquer efficacement ? Les mots agissent-ils sur nos comportements ? Quelle influence avons-nous sur le langage ? Que traduisent nos discours ?...

Nous allons tâcher de répondre à ces questions en nous inscrivant dans une approche multidimensionnelle …

Et pour nous éclairer sur ce sujet, nous avons demandé à deux grands professionnels de nous en livrer leur perception : Lionel FLEURY, spécialiste de la presse, auteur de textes sur la communication oratoire et manipulatoire et Pierre-Yves RACCAH, chercheur et expert en sémantique, concepteur d’une méthode d’analyse du discours…

Pour consulter la TopNews correspondant à ce thème, cliquez ici


Communication interne : une communication dédiée à l’être humain

« Chercheurs et penseurs ont beau le critiquer, le rejeter, l’émietter : le terme revient toujours à la surface, vierge et pur. Communiquer, c’est bien. » Yves WINKIN (La nouvelle communication)

On dit communément que pour comprendre un fait, un événement, une chose, il faut se pencher sur son histoire… En va-t-il de même pour les mots ? Qu’en est-il de l’étymologie du terme « communication » ?

Issu du latin « communicare », son sens originel « mettre en commun » s’est peu à peu enrichi de multiples significations, comme « entrer en relation », « être en relation », « mettre en relation » ou bien encore « faire connaître »…
Au-delà des utilisations générales, techniques et usuelles du mot, nos temps modernes lui ont conféré des significations plus abstraites, subjectives et théoriques, liées à l’étude même de la communication (analyse des médias, recherches sur les processus de transmission des messages entre les êtres, étude du mouvement de l’information...)

Aujourd’hui, de la discussion informelle aux forums de discussion et aux médias dits de masse, du groupe d’amis aux communautés web, du simple courrier postal au courriel, des notes de service à l’Intranet…, la communication et les récits médiatiques peuplent notre quotidien tant du point de vue personnel que professionnel.

Mais quel est l’apport de la communication au sein des entreprises ? N’est-il pas hasardeux de privilégier la communication externe au détriment de la communication interne ? Quel est le rôle de la communication interne et quels sont ses objectifs ? Quelles informations diffuse-t-elle ?...

La communication externe est devenue non seulement le reflet de l’entreprise et de son fonctionnement, mais également le réceptacle de ses objectifs et projets. Synonyme de comportement, elle conditionne d’une certaine manière les actions engagées par les organisations : elle configure leur productivité et leur prescrit une prise parole au sein de l’espace public médiatisé (Internet, presse, journaux spécialisés...) L’entreprise doit se raconter, prendre position, s’engager, être l’instigatrice de pensées et d’opinions, être porteuse de messages …

La communication interne favorise l’appropriation de la société par les salariés qui se reconnaissent dans les valeurs véhiculées. Elle procure une âme aux concepts, aux idées et à cette entité immatérielle qu’est l’entreprise : elle lui impose de concevoir ses propres discours, ses propres récits… Elle crée un langage commun pour faciliter les relations interhumaines. Elle permet d’affronter les conflits et les tensions pour mieux les juguler.

Cependant, communication externe et communication interne sont interdépendantes l’une de l’autre. L’impact et le succès de la communication externe dépendent irréductiblement du bon déroulement de la communication interne : la prise en considération de la dimension humaine, le respect des représentations sociales, le développement du travail collaboratif et le sens du collectif déterminent la réussite économique de l’entreprise.
La communication interne a pour finalité de faire savoir, faire comprendre, faire partager. Elle diffuse et véhicule les informations nécessaires pour mobiliser, recueillir l’adhésion, stimuler l’appropriation et fédérer les acteurs de l’entreprise, autour d’objectifs communs, sociaux, économiques, éthiques, culturels, stratégiques… L’important étant de communiquer sur le sens de ces objectifs pour s’assurer qu’ils sont assimilés par tous.

La communication qui permet l’échange entre les hommes, l’interaction, la collaboration…, repose sur un principe d’unification pour transmettre les idées et les messages : Unification de l’espace qui se réduit à l’entreprise ; unification du temps, scandé par les événements quotidiens, les plannings, les manifestations diverses, les rites, la gestion des urgences… ; et enfin unification des contenus par l’utilisation d’un langage commun et la diffusion des mêmes informations, discours…
Cette unification cultive une cohésion au sein de l’organisation.

La communication interne joue un rôle fondamental dans le domaine des Ressources Humaines, car elle conçoit des supports et les centralise, elle sélectionne les médias appropriés pour véhiculer la stratégie, les valeurs, les aspects organisationnels…, elle génère une complémentarité entre les différents services, elle permet de capitaliser les connaissances et de dynamiser les transferts d’expériences… Elle modèle des points de référence en matière d’identité et d’image de l’entreprise (histoire, culture, vocabulaires métiers…)
En mettant en commun les systèmes de représentation des salariés, elle modère les résistances mentales et culturelles.
Mais, elle ne doit pas être unilatérale, le monopole de la parole doit être contrebalancé : la communication interne passe par des démarches d’écoute des salariés, l’empathie, la diplomatie…
Elle conforte les échanges conviviaux et spontanés pour construire un univers de travail agréable et créer un lien social entre les personnes : elle alimente les tissus de relations informelles, les normes, les rituels liés à la culture de l’entreprise (repas de noël, pots pour les anniversaires, pauses-café…)
De nombreux outils, comme les emails, la messagerie instantanée, les blog, les conférences en ligne, ou les Wiki..., cimentent les échanges directs et libres entre collaborateurs. (« Le Wiki est un système de gestion de contenus de site Web contenant des documents librement modifiables par tous les visiteurs autorisés à le faire. »)

Comme l’explique Daniel BOUGNOUX, la communication interne doit reproduire « une circonscription sécuritaire et identitaire, la production et la stabilisation d’un monde miroir qui donne le sentiment d’être chez soi. » Ainsi, les services de communication des grandes entreprises déploient toute leur créativité pour mettre en œuvre cette sphère apaisante et confortable qui reflète les besoins et préoccupations des collaborateurs : certaines d’entre elles, par exemple, ont imaginé un intranet personnalisable par chaque salarié…
La communication interne peut parvenir à dénouer le paradoxe auquel tout manager est confronté : concilier la nécessité de stimulation avec le besoin de sécurité au sein de l’environnement de travail.

La communication interne, en répondant aux attentes du salarié, permet de donner du sens à son activité. Elle doit refléter la réalité des faits et des individus, elle doit reposer sur des actions manifestes.
Est-ce à dire que communiquer, c’est apprendre à apprivoiser et partager un fragment de monde ?...

L’efficacité de la communication de demain relèvera plus du sens que l’on donne à ses relations avec autrui et du sens que l’on donne au monde, à la société.
Pour fonctionner pleinement, tant au niveau interne, qu’externe, la communication devra s’humaniser et s’ouvrir à une nouvelle ère : l’éthique et le souci des autres, car elle n’est véritablement pertinente que lorsqu’elle s’adapte à l’univers mental du destinataire, « Dans la communication, le plus compliqué n’est ni le message, ni la technique, mais le récepteur. » (Dominique WOLTON).